44.JPG

Le Kendo

Le kendo est une forme d'escrime au sabre à deux mains où grâce à l'emploi de matériel adapté (arme en bambou, armure de protection) les assauts sont menés de façon réelle.

 

Les pratiquants sont appelés kendoka ou kenshi.

 

Le kendo se pratique dans un dojo : une salle équipée d'un plancher ou dans des gymnases lorsque des planchers ne sont pas disponibles.

 

Il n'existe pas de catégorie de poids et les pratiquants ne portent aucun signe extérieur de leur grade.

LES FRAPPES

Toutes les frappes sont bien délimitées et se font au-dessus de la ceinture et de face.

 

Il existe

  • la frappe sur le haut du casque et à la la tête (men)

  • au centre et sur les côtés;  au plastron (dô)

  • sur les avant-bras (kote) à droite et à gauche

  • et enfin en attaque d’estoc à la gorge (tsuki), autorisée uniquement à partir du 2ème dan.

 

Le sabre se porte toujours avec la main droite au-dessus de la main gauche et  de même pour les pieds, la jambe droite est toujours devant la jambe gauche.

 

Chaque frappe est considérée comme valide dès lors qu’il y a simultanémanent:

  • la frappe (avec une notion de coupe et non de touche)

  • l’engagement du corps (avec la frappe du pied droit)

  • l’annonce de la frappe (au moment de la frappe).

L'ETIQUETTE

"Le kendo commence et se termine par un salut". Cette règle fondamentale enseignée dans tous les dojo souligne l'importance de l'étiquette qui fait totalement partie de la pratique du kendo.

 

Les saluts (en début et fin de cours, en début et fin de combat), la façon de s'aligner dans le dojo, la manière de s'équiper, de tenir le Shinai hors combat etc, font l'objet d'un ensemble de conventions dont l'origine remonte à l'époque des samurai et dont le détail peut quelquefois varier selon les professeurs et les dojo.

 

L'étiquette exprime le respect et la gratitude envers les autres pratiquants et les professeurs, mais aussi envers le dojo et le matériel.

LES COMBATS

Au terme des règles internationales les combats ou shiai se jouent en trois points maximum(Sanbon shobu) sur une durée de cinq minutes à l’intérieur d’une aire de combat (shiai-jo) de 11 m de côté. Le vainqueur est le premier à marquer deux points avant la fin du temps réglementaire, ou celui qui a marqué un point à la fin du temps. En cas d’égalité et en match individuel, une prolongation (encho) a lieu, sans limite de temps, jusqu’à ce qu’un des combattants marque un point.

 

Les sorties du shiai-jo, la perte du shinai, les comportements violents ou inadaptés, sont sanctionnés par un avertissement (hansoku). Deux hansoku donnent un point à l’adversaire.

 

Ces règles générales peuvent être adaptées (notamment la durée) selon les formules de compétition et l’âge des compétiteurs.

LA PRATIQUE

Le Kikentai Itchi

 

La notion fondamentale du kendo est le ki ken tai no itchi (気剣体の一致) ou Kikentai itchi , autrement dit l'unité

entre :

 

  • l'esprit ( ki ), qui désigne la détermination dans l'assaut. Le ki se manifeste par le kiai, le cri que pousse le combattant lorsqu'il porte une attaque ;

  • le sabre (ken) , qui représente le coup porté. Celui ci doit être délivré avec la partie valable du shinai (mono uchi) correctement orienté (le "tranchant" du shinai devant "couper" la partie touchée) sur une partie valable (datsu bui) de l'armure de l'adversaire ;

  • et le corps (tai) qui désigne l'engagement du corps représenté par une frappe du pied avant au sol qui doit être executée dans le même temps que la coupe et le kiai.

 

Le Kiai

 

Le kiai est un cri obtenu par une forte expiration ventrale. Il permet de libérer les efforts au moment de l'assaut. S'il ne porte pas ce nom, on en voit souvent la manifestation chez les joueurs de tennis lors de la frappe de la balle ou chez les haltérophiles lors de l'arrachement des poids. En kendo on enseigne aux débutants à crier le nom de la partie visée par la frappe (kote, men, do) pour développer le kiai. Au fil de la progression, le cri sera remplacé par un kiai plus personnel.

 

Les kata sont une exception. Dans ces derniers, les coups ne sont pas systématiquement accompagnés d'un kiai, mais le dernier coup est traditionnellement accompagné de
« Ya ! »(uchidachi) et de « To ! » (shidachi) .

 

Les Gardes

 

Les combattants se font face en tenant le shinai à deux mains (la main droite près de la garde et la main gauche à l'extrémité de la poignée) pointe vers la gorge de l'adversaire. Cette garde fondamentale (appelée chudan no kamae ) permet de frapper en avançant d'un seul pas (issoku itto).

 

Il existe également d'autres gardes dont une garde haute dans laquelle le pratiquant tient son shinai au dessus de sa tête (jodan no kamae).

 

Pour la pratique à 2 sabres (nito) le combattant tient un shinai dans chaque main : un long et un court.

(Source CNK)

 
 
 
 

Les Enseignants

Samuel GUYOMARD
  • 3ème DAN de Kendo

  • Titulaire du CFEB (Certificat Fédéral d'Enseignement Bénévole)

  • Titulaire du CAE-PSH (Certificat d'Aptitude à l'Enseignement auprès de Personnes en Situation de Handicap).

Jérémy GARTION
  • 4ème DAN de Kendo

  • Titulaire du CFEB (Certificat Fédéral d'Enseignement Bénévole)

  • Membre du Niten Ichi Ryu Musashikai Europe (sous l'enseignement de Julien Goullon)

Laure RUVOEN
  • 3ème DAN de Kendo​

  • Titulaire du CFEB (Certificat Fédéral d'Enseignement Bénévole)

  • Ancienne membre de l'équipe de France féminine de kendo

  • Championne d'Europe par équipe (2017)

 
 

Les ceintures noires

 

Diaporama

03.JPG

Entrainement de reprise

Saison 2020-21

Entrainement de reprise pour la section kendo de l'ESVN sur le site du Hellfest (Clisson) // Photos réalisées au dojo en août 2020

 
  • Instagram - Black Circle
  • White Facebook Icon

© 2018 - ESVN La Haye-Fouassière - Tous droits réservés